« Fenêtre sur cour » est un clin d’œil au film d’Alfred Hitchcock du même nom.

Mardi 17 novembre 2020, en allant me coucher, j’ai assisté de ma fenêtre à une étrange scène dans le bar de l’autre coté de ma rue. Cette situation m’a tout de suite fait penser au photographe L.B Jefferies dans le film. Armée de mon appareil photo numérique, j’ai donc décidé de créer en ce 2ème confinement, mon propre “Fenêtre sur cour” à l’aide de la façade de l’immeuble se trouvant en face de chez moi.

Mon but n’est pas de montrer des images parfaitement bien réalisées mais de mettre en scène, le long d’une journée, une histoire différente en fonction des fenêtres, dans laquelle le hors-champ aurait tout aussi bien son importance.

Fenêtre de gauche, dernier étage : cette femme semble vivre une rupture amoureuse.
Fenêtre du milieu, 3ème étage : cette femme se prépare pour son rendez-vous du soir.
Fenêtre de droite, 3ème étage : cet homme semble regarder quelque chose.
Fenêtre du milieu, 2ème étage : cette personne déménage du matin au soir en faisant tout passer par sa fenêtre.
Fenêtre de droite, 2ème étage : ce mystérieux homme semble espionner quelqu’un.

Cliquez ici pour visualiser la vidéo du projet.